Info COVID-19 : délais d'expédition habituels | Retours à 30 jours | Le n°1 en France
Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae, fleurs, floraison
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae, fleurs, floraison
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae, fleurs, floraison
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae
  • Cordyline australis, Giant dracanea, Cabbage tree, Dracanea australe, ti kouka, Agavaceae

5 graines Cordyline australis (Dracaena australis)

2,95 €
(Prix unitaire 2,95 €)
5 1
,
5/ 5
TTC Disponible

Appelé "Ti Kouka" par les Maoris et originaire de Nouvelle-Zélande, Cordyline australis est un arbre robuste, résistant et de croissance rapide, pouvant atteindre en pleine terre en moyenne 4 à 6 m (2 m en pot).

Avec son exotisme indéniable, c'est l'arbre par excellence pour inviter à l'évasion dans vos jardins. Plutôt arbre d'extérieur, d'un entretien facile, Cordyline australis aime le soleil, les embruns et les climats océaniques.

Un sachet de 5 graines

Remise sur la quantité

Quantité Prix unitaire
2 2,85 €
3 2,75 €
5 2,65 €
Quantité

Cordyline australis ou Dracaena australis

Cordyline australis est plus communément appelé « Cordyline rustique » ou « Dracaena de jardin ». Il arbore un look exotique, avec ses feuilles en lanières de 2 à 4 cm de large à nervure centrale claire qui ploient au moindre souffle de vent, trahissant une origine côtière.

Cordyline australis appartient à la famille des Agavacées selon la classification de Cronquist et à celle des Asparagacées selon la classification phylogénétique APG III (2009). Cette famille comprend environ 600 espèces de plantes herbacées (rhizomateuses, bulbeuses ou succulentes), des lianes et des végétaux arbustifs et arborescents répartis en 126 genres originaires des régions tempérées chaudes et subtropicales du globe.

Le nom du genre « cordyline » dérive du grec ancien « kordulê », signifiant « bosse, tumeur », en référence à son rhizome élargi ; tandis que son nom d'espèce « australis » vient du mot latin signifiant « sud ».
Le nom commun « chou palmiste » lui a parfois été attribué par certains colons ayant utilisé les jeunes feuilles comme substitut de chou. D’ailleurs, les anglophones l’appellent « cabbage tree », soit littéralement « chou ».

C’est une plante dont le tronc est un stipe liégeux formé par les cicatrices des anciennes feuilles à la manière des palmiers. Elle apporte par sa silhouette et sa végétation luxuriante de l’exotisme aux jardins, terrasses et grands balcons, qu’il devient facile de composer en scène tropicale en y ajoutant cannas, yuccas, bananiers et grimpantes fleuries.

 

Classification botanique (classification phylogénétique APG III)

Son nom scientifique précis est : Cordyline australis ou Dracaena australis

Famille : Asparagaceae

Genre : Cordyline

Nom commun : Cordyline rustique, Dracaena de jardin, chou palmiste, ou bien encore cabbage tree (pour les anglo-saxons).

Origine : Nouvelle-Zélande, et plus précisément du Fiordland, une région située au sud-ouest de l’île du Sud, dans la région administrative du Southland.

 

Description botanique de Cordyline australis

Origine

Cordyline australis est originaire de Nouvelle-Zélande, et plus précisément du Fiordland, une région peu peuplée et très sauvage située au sud-ouest de l’île du Sud, dans la région administrative du Southland (on y trouve notamment le Parc national de Fiordland, l’un des plus grands du monde).

Description

Cordyline australis dracaena est un arbre monocotylédone (plante à fleurs dont la graine n'a qu'un seul cotylédon) largement ramifié avec un tronc robuste et des feuilles en forme d’épée, qui peut atteindre jusqu’à 20 m de haut dans son milieu naturel avec un tronc de 1,5 à 2 m de diamètre ! Ainsi, actuellement, le plus grand arbre connu avec un seul tronc pousse à Pakawau, dans le district de Golden Bay. On estime qu’il a 400 ou 500 ans ; il atteint 17 m de hauteur avec une circonférence de 9 m de diamètre à la base.

Avant de fleurir, Cordyline australis Dracaena forme une tige mince non ramifiée. Après la première floraison, il se divise pour former une couronne très ramifiée avec des touffes de feuilles à l’extrémité des branches. Chaque branche peut se ramifier à son tour après avoir produit une tige florale. Son écorce, gris pale à gris foncé, liégeuse, persistante et fissurée semble spongieuse au toucher.

Le fruit est une baie blanche de 5 à 7 mm de diamètre.

De longs rhizomes, comme de longs doigts, couverts d’une écorce molle, violacée, pouvant atteindre jusqu’à 3 m de long dans les vieilles plantations, poussent verticalement sous terre. Ils servent à ancrer la plante dans le sol et à stocker le fructose sous forme de fructanes.

Feuillage

Les feuilles sont longues et étroites, en forme d’épées, dressées, vert clair à vert foncé, de 40 à 100 cm de longueur et de 3 à 7 cm de largeur à la base, avec de nombreuses nervures parallèles. Les feuilles poussent en grappes à l’extrémité des branches et peuvent retomber à l’extrémité et même plier vers le bas à partir de la base lorsqu’elles sont vieilles. Elles sont épaisses et ont une nervure médiane indistincte des autres nervures fines qui sont plus ou moins égales et parallèles. Les surfaces supérieures et inférieures des feuilles sont semblables.

Floraison

Au printemps et au début de l’été, des fleurs parfumées portées par de grands panicules denses de 60 à 100 cm de long apparaissent. Elles sont regroupées le long des ultimes rameaux du panicule et les bractées qui les protègent avant leur développement ont souvent une teinte rose distincte. Les fleurs font de 5 à 6 mm de diamètre. Les étamines ont la même longueur que les pétales. Les stigmates sont courts et trifides.

Croissance

Robuste et résistant, Cordyline australis fait preuve d'une croissance rapide. En Europe, il est tout de même rare qu'il dépasse, en pleine terre, les 3 à 4 m (parfois 6-8 m sur des sujets très âgés). Les plants cultivés en pot, à croissance plus lente, dépassent rarement les 2 m.

Habitat

Il pousse naturellement dans un large éventail d’habitats, comme les lisières des forêts, les berges de rivières (principalement les marécages) et les endroits dégagés. Il est également largement planté dans les jardins, les parcs et les rues par les néo-zélandais, ce qui fait de lui un arbre incontournable du pays. Son fruit est une source de nourriture de prédilection pour le carpophage de Nouvelle-Zélande (seule espèce de pigeons de Nouvelle-Zélande) comme d’autres espèces d’oiseaux indigènes.

Dans nos contrées, en Europe, il est également cultivé comme arbre d’ornement et prospère plus particulièrement sous les climats océaniques tempérés, comme sur le littoral breton ou dans les parties les plus chaudes de la Grande-Bretagne, notamment le Devon, au sud-ouest.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, du fait de sa grande taille dans son milieu naturel, Cordyline australis pousse très bien en pot et peut y vivre de très nombreuses années, moyennant un rempotage tous les 3 ans au moins et un bon apport d’engrais.

Conseil

Attention cependant : Cordyline australis résiste beaucoup moins au froid lorsqu’elle est cultivée en pot !

Parasites et maladies

Les cochenilles et les araignées rouges peuvent sévir, particulièrement en serre.

 

Semis, boutures, division et plantation du Cordyline australis

Comment réaliser un bon semis ?

Les semis, réputés difficiles, s’effectuent dans le courant du mois de mars après trempage des graines durant une douzaine d’heures dans de l’eau tiède. Mettez-les dans un mélange de terre de bruyère sableuse et de terreau puis recouvrez-les.

Les caissettes doivent être maintenues à une température aux alentours de 25°C.

La germination demande presque 2 mois. Au printemps sortira une vraie forêt de jeunes plantules, qu'il faudra ensuite replanter individuellement (lorsqu’elles mesureront 6 à 7 cm de hauteur) dans des godets.

Comment bouturer Cordyline australis ?

Pour les boutures, le mieux est d’attendre qu’un rejet apparaisse en bord de souche (si la plante est bien installée, ils apparaissent naturellement) avant de procéder à la séparation en coupant le rejet le plus près possible de la tige du pied mère. Il faut ensuite le planter dans un pot séparé rempli d’un terreau léger légèrement humide. Pour favoriser l’enracinement, vous pouvez préalablement utiliser de l’hormone de bouturage. Vous pouvez par exemple utiliser une recette maison pour réaliser votre hormone de bouturage.

Astuce

Le bouturage de tronçon de tige se pratique toute l’année au chaud (idéalement dans une mini-serre chaude).

Une saison à privilégier ?

De manière générale, la Cordyline australis se plante à l'automne ou au printemps, surtout dans les régions dont l'hiver peut être assez froid.

Après la floraison, la division

Cette belle plante exotique se divise naturellement après floraison, suite à la mort de la partie ayant fleurie, et toujours pareil, elle émet de nouveaux rejets à la base de la partie morte ou ailleurs sur le tronc.

 

Les conseils du jardinier

Quelle période et quel environnement choisir ?

Il est conseillé de planter Cordyline australis, dans l’idéal, de mars à août (toute l’année en pot) dans une terre riche et bien drainée car cette plante ne supporte pas d’avoir les racines constamment humides. Une fois installée, elle apprécie même une certaine sécheresse dans un sol frais en été. Par contre, elle n’aimera pas les sols superficiels, où elle végète, et les terres toujours détrempées en hiver.

Une certaine exigence pour le sol

Cordyline australis adore un sol décompacté en profondeur car ses racines forment un tronc souterrain vertical s’enfonçant au moins jusqu’à 50 cm de profondeur (votre assurance antigel !).

Astuce

En saisissant la plante au sommet de la motte, utilisez votre doigt pour écarter légèrement les racines. C’est particulièrement important si les racines sont denses et ont rempli le récipient.

Une fois la plante dans le trou, recouvrez en tassant le sol autour de la plante à la main. Enrichissez la terre avec du compost très mûr, dont elle raffole.

Préparez votre sol pour un meilleur enracinement

Si vous désirez la planter dans votre jardin, préparez-le en brisant le sol existant et en y ajoutant de la matière organique comme du fumier, de la mousse de tourbe ou du compost de jardin jusqu’à ce que le sol soit meuble et facile à travailler. La fumure naturelle (et biologique) améliore le drainage, ajoute des nutriments et encourage les vers de terre et autres organismes à garder le sol sain.

Conseil

Comptez 2,50 m pour une plantation en masse, plus près pour créer une cépée, tout en sachant que le surpeuplement des plantes peut entraîner moins de fleurs et une croissance faible car les plantes vont se disputer la lumière.

 

Cordyline australis, une touche d'exotisme à votre décoration extérieure

Si vous cherchez à mettre votre Cordyline australis en valeur comme à donner un côté exotique à votre jardin tout en invitant à l’évasion, votre plante sera superbe à proximité de la piscine (mais pas trop près non plus). Car vous devez penser au fait qu’une fois adulte (âgée de plus de 10 ans), la plante fleurit de mai à juillet en grandes panicules (grappes ramifiées) d’environ 1 m de long, dont les nombreuses fleurs blanc crème légèrement parfumées attirent de nombreux insectes pollinisateurs.

En climat doux, vous pourrez facilement composer une ambiance dépaysante en l’associant à des bambous, des phorniums, des yuccas ou des palmiers.

Cette plante est également parfaite pour donner du volume à des massifs de fleurs annuelles, comme on le faisait traditionnellement dans le fleurissement urbain au début du 20ème siècle.

Astuce

Cultivée en pot, ce qui est vraiment préférable en climat froid, elle embellira les patios, terrasses et grands balcons, notamment en zone urbaine, qui bénéficie souvent d’un microclimat favorable.

Côté exposition, c’est une plante qui aime le soleil, supporte le vent (sauf les vents froids du Nord) comme les embruns salés et tolère même la pollution atmosphérique. Une fois bien enracinée, la sécheresse ne l’effraye pas mais ralentit beaucoup sa croissance...

 

Comment entretenir son Cordyline australis ?

Une température à surveiller

Cordyline australis n’est pas très contraignante. Cependant, vous devrez être vigilant par rapport au climat car une fois bien installée, elle peut résister à de brèves gelées jusqu’à - 7°C, voire - 10°C, mais pas moins. Il vous faudra donc songer, suivant le climat, à prévoir une protection hivernale : paillage et voile d’hivernage. Si la neige est annoncée, regroupez les feuilles du bouquet et attachez-les à leur sommet, de sorte que le coeur de la plante soit préservé. Si malgré vos précautions, la Cordyline australis gèle, elle redémarrera généralement l’été suivant, parfois sur le tronc ou directement du pied.

Si vous cultivez votre plante en pot, songez à la remiser durant l’hiver dans un local lumineux et hors gel, comme une véranda peu chauffée ou une serre froide.

Un sol riche

Chaque printemps, vous pourrez nourrir votre Cordyline australis en apportant de la corne torréfiée et du fumier composté de type lombricompost.

Un entretien limité

L’entretien se limite à la suppression des feuilles fanées pour éviter d’épuiser la plante (la taille n’est donc pas nécessaire) comme à un arrosage un peu plus important durant les périodes sèches estivales (environ 1 fois par semaine). Pour vérifier l’humidité du sol, utilisez votre doigt ou une petite truelle pour creuser et examiner le sol. Si les premiers 5 à 10 cm de sol sont secs, il est temps d’arroser.

Rempotez vos jeunes plants

Le rempotage s'effectue tous les ans, au début du printemps pour les jeunes sujets. Vérifiez tout de même que les racines sortent du pot. Les sujets plus âgés peuvent être rempotés seulement tous les deux ou trois ans. Pour les gros sujets, un surfaçage sur quelques centimètres suffit. Attendez alors le printemps pour remplacer l'ancien pot par un pot légèrement plus grand. Remplissez-le de terreau pour plantes vertes, bien drainé.

 

Histoire de Cordyline australis, un arbre utilisé par les Maoris

Le premier plant de Cordyline australis recueilli par les Européens l’a été en 1769 par Sir Joseph Banks et Daniel Solander, botanistes et naturalistes sur le HMS Endeavour lors du premier voyage de James Cook, alors lieutenant de la Royal Navy, pour sa première expédition (1768-1771) dans les mers du Sud. Cette plante a été nommé Dracaena australis par Georg Forster, un naturaliste allemand, qui en publia une description dans son Florulae Insularum Prodromus Australium de 1786, d’où le fait qu’il soit encore parfois vendu comme un Dracaena pour le marché des plantes de maison dans les pays de l’hémisphère Nord.

Evidemment, l’arbre était déjà bien connu des Maoris avant l’apparition des Européens, sous le nom de Ti Kouka. Il était cultivé dans les zones où d’autres cultures ne se développaient pas et fournissait des fibres durables pour les textiles, les cordes d’ancrage, les lignes de pêche, les paniers, des capes imperméables, des manteaux et des sandales. Ces derniers l’ont d’ailleurs probablement introduit aux îles Chatham et sur l’île Stewart.

 

Quelques espèces botaniques du genre Cordyline…

Cordyline australis est le plus grand des cinq espèces indigènes de Cordyline de Nouvelle-Zélande. Parmi elles, les plus communes sont Cordyline banksii, qui a un tronc mince et long, et Cordyline indivisa, une belle plante avec un tronc pouvant atteindre 8 m de haut dans son milieu naturel et portant une tête massive de feuilles larges longues de 2 m.

Cordyline indivisa

En Europe, les jardineries confondent fréquemment la Cordyline australis avec la Cordyline indivisa, qui est pourtant une espèce différente. En effet, cette dernière ne se ramifie pas, ou exceptionnellement. De plus, elle est très délicate ; contrairement à Cordyline australis, qui elle, est facile de culture.

Cordyline obtecta

Cordyline obtecta, la plus proche parente de Cordyline australis, se distingue par sa forme fortement ramifiée, ses feuilles plus étroites et ses petites graines.

Cordyline australis « Red Star » et Cordyline australis « Cherry sensation »

Les variétés colorées sont très appréciées mais plus fragiles, telle Cordyline australis « Red Star », aux feuilles rouge bronze très esthétiques et aux fleurs blanches. Ou encore Cordyline australis « Cherry sensation », aux feuilles rose cerise et aux fleurs blanches également.

Cordyline Albertii

La Cordyline Albertii se fait remarquer par ses feuilles striées jaune et vert, qui donnent un ton lumineux aux jardins.

Fiche technique

Famille
Asparagaceae
Nom scientifique
Cordyline australis
Origine
Nouvelle-Zélande, et plus précisément du Fiordland.
Exposition
Cordyline australis aime le soleil, les embruns et les climats océaniques.
Développement
Robuste et résistant, Cordyline australis fait preuve d'une croissance rapide. En Europe, il est tout de même rare qu'il dépasse, en pleine terre, les 3 à 4 m (parfois 6-8 m sur des sujets très âgés).
Type de sol
Il est conseillé de planter Cordyline australis, dans une terre riche et bien drainée car cette plante ne supporte pas d’avoir les racines constamment humides.
Température
Vous devrez être vigilant par rapport au climat car une fois bien installée, elle peut résister à de brèves gelées jusqu’à - 7°C, voire - 10°C, mais pas moins.
Arrosage
L'arrosage doit être très modéré, mais un peu plus important durant les périodes sèches estivales (environ 1 fois par semaine). Si les premiers 5 à 10 cm de sol sont secs, il est temps d’arroser.
Tige /Fleurs
Au printemps et au début de l’été, des fleurs parfumées portées par de grands panicules denses de 60 à 100 cm de long apparaissent.
Utilisation
En climat doux, vous pourrez facilement composer une ambiance dépaysante en l’associant à des bambous, des phorniums, des yuccas ou des palmiers. Cette plante est également parfaite pour donner du volume à des massifs de fleurs annuelles
Parasites
Les cochenilles et les araignées rouges peuvent sévir, particulièrement en serre.
Taille
L’entretien se limite à la suppression des feuilles fanées pour éviter d’épuiser la plante (la taille n’est donc pas nécessaire).