Info COVID-19 : délais d'expédition habituels | Retours à 30 jours | Le n°1 en France

10 graines Mammillaria hahniana

3,95 €
(Prix unitaire 3,95 €)
5 1
,
5/ 5
TTC

Appelé "mamillaire tête-de-vieillard" et originaire du Mexique, Mammillaria hahniana est un cactus mamillaire défini comme espèce presque menacée par l'UICN (International Union for Conservation of Nature), à croissance lente et qui ne dépasse pas les 15 cm (en moyenne).

Original, avec son côté globe vert recouvert de poils blancs, il fait de jolies petites fleurs en couronne, de couleur rose, rouge ou pourpre.

Plutôt plante de véranda, et d'un entretien très facile, Mammillaria hahniana aime le soleil, la lumière et les climats secs.

Un sachet de 10 graines

Remise sur la quantité

Quantité Prix unitaire
2 3,85 €
3 3,75 €
5 3,55 €
Quantité

Mammillaria hahnania

Mammillaria hahnania, plus communément appelé « mammillaire tête-de-vieillard », est une espèce de cactus qui se rencontre au Mexique et définie comme « presque menacée ».

Mammillaria hahnania appartient à la famille des Cactaceae (une famille de plantes à fleurs), également appelées Cactées ou tout simplement Cactus qui comprend environ 150 genres répartis en 1500 espèces différentes.

Les Cactus, Cactées ou encore Cactacées (Cactaceae) ont été nommé ainsi par Carl von Linné, un naturaliste suédois du XVIIIe siècle (1707-1778). Le mot « cactus » provient du grec ancien « kaktos », qui signifie chardon puis a été repris en latin. Le genre Cactus n'existe plus en tant que tel, mais il n'en demeure pas moins que les plantes de la famille des Cactacées continuent à être appelées « cactus » en France.

Les Cactus poussent dans des environnements très secs, principalement dans les déserts d’Amérique. Ces plantes sont des championnes de la survie en milieu aride grâce aux réserves de sucs qu’elles emmagasinent dans leurs tissus (jusqu’à 90 % de la masse de la plante). On les reconnaît au fait qu’elles portent généralement des épines ou des glochides, mais surtout au fait que ces épines sont issues d’aréoles. Seuls les cactus présentent des aréoles, alors que de nombreuses plantes portent des épines mais n’en sont pas des cactus pour autant.

La plupart des cactus sont des succulentes, ayant donc des parties charnues qui retiennent l’eau : ils sont capables de réagir très vite à la pluie, leur système de racine absorbant rapidement l’eau. Le phénomène de transpiration, durant lequel le dioxyde de carbone pénètre la plante et fait sortir l’eau a lieu durant la nuit, ce qui limite les pertes en eau.

Classification botanique

Son nom scientifique précis est : Mammillaria hahnania

Famille : Cactaceae

Genre : Mammillaria

Nom commun : Mammillaire tête-de-vieillard

Origine : Originaire du Mexique, et plus précisément des états de Guanajuato, Querétaro et San Luis Potosi (au Nord de Mexico).

 

Mieux connaître le genre Mammillaria

Avec au moins 145 espèces reconnues, le genre « Mammillaria » (Mamillaire) est l’un des plus importants et des plus variables sur le plan morphologique de la famille des Cactaceae. Il est assurément le plus facile à cultiver comme le plus simple à faire fleurir.

Il tire son nom du latin « mamilla », qui signifie « mamelle », à cause de sa forme.

C’est Carl von Linné, qui en 1753, décrivit une espèce sous le nom de Cactus mammillaris, nom spécifique faisant référence au fait que ce cactus ne présente pas de côtes mais des mamelons, disposés en spirales autour de la plante. Et en 1812, c’est le botaniste Adrian Haworth (botaniste, carcinologiste et entomologiste britannique) qui décrit et crée le genre Mammillaria dont l’espèce-type devient Mammillaria mammillaris. Ces derniers sont souvent appelés « Cactus hameçon » en raison des épines courbées de certaines espèces ou « Cactus pelote » pour leur apparence très souvent un peu laineuse.

Les mammilaires sont des plantes herbacées vivaces succulentes et épineuses de forme sphérique, colonnaire, cylindrique ou cônique dont les racines sont fibreuses. Ils sont plutôt de petite taille, mais présentent une grande diversité. On peut observer de 1 à 20 cm de diamètre pour 1 à 40 cm de hauteur.

 

Description botanique de Mammillaria hahnania

Mammillaria hahniana est un cactus globulaire à tendance cylindrique en vieillissant. Il peut atteindre 20 cm de hauteur pour 12 cm de largeur. Il est solitaire avant de devenir cespiteux (en botanique, le terme cespiteux désigne une plante ou un champignon formant à sa base une touffe compacte) avec l’âge. Son épiderme vert, jonché de petits mamelons coniques et réguliers, est presque entièrement occulté par des aiguillons plus ou moins longs au niveau des aréoles et par de nombreux poils blancs. Il peut y avoir jusqu’à 30 aiguillons radiaux fins, soyeux et blancs, et jusqu’à 5 centraux, plus droits et à la pointe brunâtre. Les poils blancs sont de laine ou de soie, au niveau des axilles (bases des mamelons) et pouvant mesurer 4 cm de long. En fonction des variétés, le Mammillaria hahniana peut être plus ou moins laineux, avoir plus ou moins d’aiguillons de tailles différentes.

Origine

Originaire du Mexique, et plus précisément des états de Guanajuato, Querétaro et San Luis Potosi (au Nord de Mexico), Mammillaria hahniana a été placée sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) et définie comme « presque menacée » du fait de son ère de répartition très limitée et de la déforestation qui provoque le déclin de sa population.

Histoire

Elle fut introduite en Europe au 20ème siècle par le pépiniériste et collectionneur allemand de cactées Adolf Hahn, à qui elle doit d’ailleurs son nom. Elle a ensuite été décrite par le professeur Erich Wedermann, botaniste allemand à la tête de la DKG (Deutsche Kakteen Gesellschaft) comme du jardin botanique de Berlin-Dahlem après sa reconstruction (les collections furent détruites durant la Seconde Guerre mondiale). Ce dernier fit plusieurs voyages en Amérique du Sud, centrale, dont le Mexique, et dans le sud-ouest des Etats-Unis.

Exposition et habitat

Mammillaria hahniana est facile à cultiver, du moment qu’il a du soleil. Son hivernage se fait au frais et au sec pour qu’il puisse fleurir. Dans son milieu naturel, il vit à 2000 m d’altitude.

Floraison

Les fleurs sont disposées en couronne autour de l’apex et son de couleur rose, rouge ou pourpre, avec anthères jaunes et stigmates blanc à jaune. Elles mesurent au maximum 1,5 cm de largeur et apparaissent au printemps ou en été en fonction des zones de culture et si les conditions de culture ont été respectées (notamment l’hiver). Les fruits ressemblent à des baies de couleur rouge à pourpre et peuvent être consommés.

Parasites et maladies

Concernant les nuisibles, les cochenilles, les tétranyques (les fameuses araignées rouges) et les nématodes s’attaquent au Mammillaria hahniana, y compris à ses racines.

 

Semis et boutures de Mammillaria hahnania

La multiplication du Mammillaria hahniana peut se faire par semis, assez facilement par ailleurs, car la croissance de ces derniers est rapide et permet d’obtenir une floraison plus précoce en février et mars ; soit par séparation des rejets en mars (réputée difficile).

De manière générale, Mammillaria hahniana se plante au printemps, entre mars et juin.

Comment réussir ses semis de Mammillaria hahnania ?

Dans les pépinières, la multiplication se fait par semis. C’est aussi la méthode que préfère la plupart des personnes, le but étant d’utiliser les graines produites par leurs propres plantes.

Une méthode éprouvée

Il faut cueillir les baies qui apparaissent après les fleurs en automne, presser le fruit au-dessus d'un papier buvard pour faire tomber la pulpe et placer le papier au sec pendant plusieurs jours. Ensuite, recueilliez les graines et mettez-les dans des enveloppes bien étiquetées, jusqu’au printemps suivant. Idéalement, les semis s’effectuent facilement au printemps en germoir chauffé de 21°C à 27°C et dans un compost sableux.

Comment bouturer Mammillaria hahnania ?

Les plantes qui produisent des rameaux ou des rejets peuvent également se multiplier au moyen de ces organes, au printemps et en été. C'est la méthode la plus rapide pour obtenir des sujets de taille à fleurir. Néanmoins, les espèces à tubercules coniques et épines courtes ne donnent que peu de rejets ou pas du tout, sauf parfois chez des spécimens âgés. Il vous sera donc possible de multiplier votre mammillaria hahniana à partir de boutures mais pour le faire à partir de la plante principale, il vous faudra peut-être attendre quelques années pour que la plante mère produise un bon rejeton...

Une méthode éprouvée

Si vous êtes dans ce cas, alors vous pouvez commencer ce processus en retirant un rejet de votre plante principale à l’aide d’un couteau bien aiguisé et propre, évidemment. Lorsque vous coupez l’offset, assurez-vous d’en retirer les résidus de terre et pensez à porter des gants de protection comme à utiliser de la mousse, du carton ou autre pour protéger vos doigts des épines acérées. Placez les boutures sur un morceau de papier essuie-tout ou dans un endroit sec et laissez-les sécher. Cela peut prendre quelques jours en fonction de l’humidité de votre région. Vous remarquerez une croissance en forme de croûte se formant sur la zone coupée, appelée cal.

Préparez un pot ou un petit récipient avec un milieu de culture de cactus à drainage rapide. Une fois que les boutures ont séché, plantez le bord calleux dans le sol. Arrosez chaque semaine, plus fréquemment si le sol semble sec. Placez le récipient dans un endroit lumineux mais à l’abri de la lumière directe du soleil. Laissez la plante s’établir pendant quelques semaines avant de la placer en plein soleil ou de la planter à l’extérieur dans la terre.

 

Les conseils du jardinier

Il est conseillé de planter Mammillaria hahniana, dans l’idéal, au printemps (mars et avril).

Quel environnement choisir ?

Si vous cherchez à mettre en valeur Mammillaria hahniana comme à respecter des conditions idéales de culture, mieux vaut privilégier les terrasses abritées, les vérandas et les serres, dans des pots ou des jardinières, où il pourra bénéficier d’un ensoleillement maximum tout en restant au sec en hiver. De plus, il s’agit d’un cactus qui peut résister à des températures négatives (autour de - 10 °C), mais non au gel persistant... En effet, il doit être maintenu au sec et avoir des températures qui remontent positivement en journée.

Enfin, pour éviter tout risque de pourrissement dû à l’humidité, n’hésitez pas à protéger le collet (la base du cactus) avec des petits cailloux ou du sable. Cette période d’hivernage au froid et au sec est importante à respecter si vous souhaitez le voir fleurir au printemps et en été.

Sans cette phase, il est presque impossible de le voir fleurir !

Peut aussi se cultiver en intérieur...

Si vous cultivez Mammillaria hahniana à l’intérieur de votre maison, vous devrez porter une attention particulière à la quantité de lumière qu’il reçoit. Choisissez l’endroit le plus lumineux de la maison pour placer votre plante. Une fenêtre orientée au sud est un endroit parfait pour un cactus de ce type. Les emplacements des fenêtres sont généralement plus ensoleillés que les autres emplacements de la maison car ils reçoivent plus de lumière de l’extérieur. Dans le même temps, les emplacements des fenêtres sont également plus frais que les autres endroits de la maison pendant les mois les plus froids en raison des courants d’air provenant de l’extérieur. N’hésitez donc pas à la déplacer plusieurs fois jusqu’à ce que vous trouviez le meilleur endroit pour elle.

De manière générale, Mammillaria hahniana a besoin d’environ 4 à 6 heures de soleil par jour pour prospérer. Si vous ne pouvez pas fournir suffisamment de lumière solaire à l’intérieur, peu importe où vous placez la plante, envisagez d’utiliser une lampe de croissance. Les lampes de culture peuvent aider à compléter les besoins d’éclairage de votre plante, en particulier pendant les jours sombres et pluvieux.

Rappelez-vous que Mammillaria hahniana ne supporte pas très bien une forte humidité : par conséquent, cherchez une autre pièce que votre cuisine et votre salle de bains, où l’humidité est généralement plus élevée. En outre, ne brumisez pas votre cactus et gardez tout humidificateur loin de lui. Pour un résultat optimal, vous pouvez regrouper tous vos cactus et plantes grasses en les séparant de vos autres plantes qui aiment l’humidité.

Conseil

En règle générale, lorsque les beaux jours sont là, pensez à faire prendre l’air et le soleil à vos cactus si vous les cultivez en intérieur.

En extérieur, uniquement dans les régions au climat chaud et sec

Si vous choisissez l’extérieur, songez que Mammillaria hahniana prospère vraiment dans un environnement chaud et sec, comme par exemple en rocaille dans un jardin sec. Exit donc, les régions aux climats pluvieux et humides ! Ne placez pas votre plante dans une zone très ombragée ni sous la lumière directe du soleil intense pendant une durée excessive (votre cactus pourrait prendre des coups de soleil et être endommagé).

Conseil

L’été, une ombre lumineuse et partielle pendant la période la plus chaude de la journée est plus indiquée pour cette plante. Vous pouvez placer votre Mammillaria hahniana dans un endroit ensoleillé avec de l’ombre l’après-midi en vous assurant qu’il reçoit environ 4 heures de lumière vive par jour, car cela favorisera la santé à long terme.

Quel substrat choisir ?

Qu’il soit cultivé en intérieur ou en extérieur, Mammillaria hahniana nécessite un sol poreux et bien drainé. Pensez donc aux billes d’argile au fond du pot troué pour que l’écoulement se fasse rapidement après arrosage. Vous pouvez utiliser un substrat standard pour cactus selon la règle des 3 tiers (terreau, sable et terre de jardin) en l’ajustant comme ceci : 40% de terreau, auquel vous ajouterez 45% de drainage (sable, pouzzolane, pierre ponce, perlite) et le reste en terre de jardin.

 

Comment entretenir Mammillaria hahniana ?

Réputé pour être le cactus des débutants, Mammillaria hahniana n’est donc pas très contraignant.

Cultivé à l’extérieur, il nécessite très peu d’entretien et de soins en général. La pluie naturelle devrait répondre aux besoins d’arrosage de votre plante, mais si ce n’est pas le cas, vous pourrez arroser la plante 1 fois par semaine pendant l’été et 1 fois par mois durant l’hiver. Le sol doit être maintenu assez sec pendant les mois froids d’hiver pour favoriser la dormance ou une période de refroidissement et ainsi obtenir une meilleure floraison.

Un Mammillaria hahniana cultivé à l’intérieur peut ne pas avoir besoin d’être arrosé autant que les plantes d’extérieur, surtout s’il n’est pas exposé à beaucoup de soleil. Avant d’arroser la plante, vérifiez que le terreau est sec. Arrosez-la ensuite abondamment et assurez-vous de vider la soucoupe de tout excès d’eau qui s’écoule du pot afin que la plante ne soit pas assise dans l’eau, au risque que les racines pourrissent. Si vous avez besoin d’aide supplémentaire pour déterminer quand arroser vos plantes, vous pouvez utiliser des gadgets, tels que des humidimètres qui détecteront pour vous le niveau d’humidité du sol. Mais en moyenne, 1 fois toutes les 2 ou 3 semaines au printemps, 1 fois toutes les semaines en été et jusqu’en octobre, où vous pouvez arroser une dernière fois avant de cesser tout apport d’eau jusqu’au printemps suivant, la plante étant en dormance l’hiver.

La croissance de cette espèce étant lente, vous pouvez lui apporter un peu d’engrais tous les 2 mois entre avril et septembre si vous le souhaitez. Comme cette plante prospère dans un sol riche en potassium, privilégiez un engrais potassique.

En tant que plante rustique, Mammillaria hahniana n’est pas facilement bouleversée par les conditions météorologiques fluctuantes, tant que les changements ne sont pas trop sévères et permanents. Pour assurer sa survie pendant le gel, la plante doit rester relativement sèche et recevoir suffisamment de soleil pendant la journée pour la réchauffer. Si vous ne pouvez pas la rentrer à l’intérieur pendant les mois d’hiver, vous pouvez la protéger en utilisant des chiffons antigel.

Le rempotage de votre cactus s’effectue tous les 3 ans au printemps, avec le même mélange qu’au moment de la plantation. Pensez à bien remettre la couche de billes d’argile au fond du pot, cette plante ayant besoin d’un substrat bien drainant. Et songez toujours à emballer la plante dans une épaisse couche de papier journal pour éviter de vous piquer avec les aiguillons !

 

Quelques espèces botaniques …

L’espèce Mammillaria hahniana possède plusieurs variétés (parfois classées en sous-espèces) qui présentent quelques variations très minimes par rapport à l’espèce type.

Mammillaria hahniana var. bravoae

Ainsi, Mammillaria hahniana var. bravoae possède 2 aiguillons centraux, plus petits (pas plus d’un centimètre), de couleur beige à pointe noire. Les fleurs sont roses ou rouge foncé.

Mammillaria hahniana var. giseliana (ou giselana)

Mammillaria hahniana var. giseliana (ou giselana) possède des poils plus courts et moins fournis, qui ne dépassent pas 1,5 cm. Ses aiguillons radiaux sont plus nombreux, autour de 40. Cette variété est légèrement plus frileuse, les températures négatives sont déconseillées.

Mammillaria hahniana var. werdermanniana

Mammillaria hahniana var. werdermanniana porte des poils plus courts que chez l’espèce type (2,5 cm). Il possède un ou deux aiguillons centraux, souvent plus noirs que chez l’espèce type. Les stigmates des fleurs sont rose-brun. Cette variété doit être tenue hors gel, à plus de 5 °C.

Mammillaria hahniana var. woodsii

Mammillaria hahniana var. woodsii a des axilles très laineuses, surtout au niveau de l’apex. Ses poils sont plus courts, ses aiguillons centraux (2 ou 4) sont d’abord noirs avant de devenir blancs, beiges, voire même pourpres avec pointe noire. Ses fleurs possèdent des stries plus foncées. Cette variété est aussi à tenir hors gel.

Mammillaria bombycina

Les autres espèces et variétés de Mammillaria ne manquent pas non plus, telle Mammillaria bombycina, dont les tiges sont couvertes d’un duvet de poils blancs qui se mêlent aux aiguillons recourbés. Les fleurs roses à éclosion deviennent rouge cerise ensuite et sont disposées en couronne au sommet des tiges. Cette cactée pousse en touffes de tiges serrées et s’étend en largeur au fil des années.

Mammillaria candida

Mammillaria candida est l’une des plus jolie et surprenante espèce, de par sa forme boule qui atteint 25 à 30 cm en 10 ans. Les aiguillons blancs à jaune clair couvrent tout le corps de façon dense. Son corps globulaire, bien rond quand la plante est jeune, donne naissance à des rejets périphériques collés à la base du corps principal. Les fleurs de couleur crème deviennent roses et sont disposées en anneaux en partie sommitale du corps de la plante.

Mammillaria longiflora

Mammillaria longiflora est idéal pour une collection dans un petit espace car il atteint 12 à 15 cm en 10 ans ! Ses fleurs roses sont assez précoces (avril-mai) et ses aiguillons très longs lui donnent une tête échevelée. Son corps oblong, bien régulier jeune, donne des rejets périphériques au bout de quelques années.

Mammillaria magnimamma

Mammillaria magnimamma attire par sa forme très graphique et séduit les amateurs de jardins miniatures de type mexicain. Ses fleurs peuvent être rose pâle ou violent clair. Ses aiguillons jaune clair rassemblés au sommet des petites tiges semblables à des doigts très courts forment une boule. Au fil des années, de nombreux rejets apparaissent, tous de forme ronde.

Mammillaria plumosa

Mammillaria plumosa est l’espèce la plus attractive par ses aiguillons blancs apparaissant soyeux. La plante donne de nombreux rejets sphériques qui s’accumulent serrés les uns contre les autres. Ils forment des colonies de mamelons. Il possède de grandes fleurs blanches à cœur vert et crème, réparties sur tout le pourtour du cactus. La floraison est précoce (avril). Les fruits pourpres contiennent des graines noires. Des aiguillons blancs très fins et souples couvrent totalement le corps du cactus qui atteint 10 à 15 cm de haut au maximum.

Mammillaria matudae

Mammillaria matudae ressemble à un vers de terre géant et blanc qui serait coiffé de couronnes de fleurs. Une véritable originalité mais pour des collectionneurs qui ont la place de les accueillir car les tiges, prostrées, qui courent sur le sol, et les ramifications s’allongent sur près de 2 m dans leur milieu d’origine. Les fleurs rose vif s’étendent en couronne au sommet des tiges.

Mammillaria grassilis

Plutôt plante de véranda, d'un entretien facile, Mammillaria gracilis aime le soleil, la lumière et les climats secs. Appelé "cactus dé à coudre" et originaire du Mexique, Mammillaria gracilis est un cactus mamillaire parfait pour une culture en pot puisqu'il ne dépasse pas les 6 cm (en moyenne).

Fiche technique

Famille
Cactaceae
Origine
Originaire du Mexique, et plus précisément des états de Guanajuato, Querétaro et San Luis Potosi (au Nord de Mexico).
Exposition
Mammillaria hahniana est facile à cultiver, du moment qu’il a du soleil. De manière générale, Mammillaria hahniana a besoin d’environ 4 à 6 heures de soleil par jour pour prospérer.
Développement
La croissance de cette espèce étant lente, vous pouvez lui apporter un peu d’engrais tous les 2 mois entre avril et septembre si vous le souhaitez.
Type de sol
Cultivé en intérieur ou en extérieur, Mammillaria hahniana nécessite un sol poreux et bien drainé. Par exemple : 40% de terreau, 45% de drainage (sable, pouzzolane, pierre ponce, perlite) et le reste en terre de jardin.
Température
Il s’agit d’un cactus qui peut résister à des températures négatives (autour de - 10 °C), mais non au gel persistant... En effet, il doit être maintenu au sec et avoir des températures qui remontent positivement en journée.
Arrosage
Cultivé à l’extérieur, la pluie naturelle devrait répondre aux besoins d’arrosage de votre plante. Cultivé à l’intérieur, avant d’arroser la plante, vérifiez que le terreau est sec.
Parasites
Concernant les nuisibles, les cochenilles, les tétranyques (les fameuses araignées rouges) et les nématodes s’attaquent au Mammillaria hahniana, y compris à ses racines.
Autres...
Le rempotage de votre cactus s’effectue tous les 3 ans au printemps, avec le même mélange qu’au moment de la plantation.